Un adolescent guinéen a vécu l’enfer en Algérie

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le site d’information européen InfoMigrants vient de publier un reportage sur l’enfer qu’un adolescent guinéen, nommé Ahmed, a traversé lorsque sa malchance l’a conduit en Algérie, où il a eu du mal à trouver un emploi et où il a fini en prison avant d’être expulsé manu -militaires dans le désert près des frontières du Niger.

Le Guinéen de 15 ans vivait en Algérie depuis 5 mois lorsqu’il a été arrêté en septembre et jeté en prison avant d’être abandonné dans le désert.

« Ahmed, avec des centaines de personnes, a été abandonné dans le désert, à une quinzaine de kilomètres de la ville nigérienne d’Assamaka », a déclaré InfoMigrants, citant l’adolescent disant « les Algériens nous ont déposés dans le désert et ont tiré deux coups de feu en l’air pour nous faire peur. C’est « une pratique de plus en plus courante ces derniers mois », note l’auteur du reportage.

Ahmed qui raconte comment il avait été arrêté alors qu’il cherchait du travail, raconte : « J’ai été arrêté parce que je suis noir. La police m’a demandé mes papiers mais je n’en avais pas et je n’ai pas voulu leur montrer mon passeport car ils l’auraient déchiré. Ils m’ont dit ‘Retournez en Afrique’ et ils m’ont emmené en prison.

Après avoir passé trois jours à la prison d’Adrar, il a été conduit, avec quelque 400 autres personnes, hommes, femmes et enfants, à Tamanrasset. De là, les migrants, dont certains vivaient en Algérie depuis plus de dix ans, ont été emmenés dans un lieu situé à 15 kilomètres de la ville nigérienne d’Assamaka et y ont été abandonnés.

L’adolescent raconte comment le voyage de cet endroit désertique à Assamaka a été long, difficile et épuisant, et comment l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) les a pris en charge à leur arrivée au Niger.
Le jeune est actuellement à Niamey dans un centre de l’OIM en attendant la fin des procédures avant de rentrer chez lui. « Pour le moment, je ne peux pas encore retourner en Guinée. Avec d’autres Guinéens, nous attendons que l’OIM récupère nos papiers d’identité, laissez-passer, etc. J’ai hâte de retourner dans mon pays », déclare Ahmed.
Ces opérations d’expulsion d’étrangers vivant en Algérie vers le Niger se sont multipliées ces derniers mois. Ils causent des problèmes d’organisation au Niger, notamment dans la petite ville d’Assamaka, parfois submergée par les arrivées.

Les opérations de retour vers les pays d’origine des migrants expulsés d’Algérie vers le Niger ont été fortement ralenties ces derniers mois en raison des contraintes administratives et sanitaires imposées par les Etats et parfois liées à l’épidémie de Covid-19. L’insécurité de certaines zones complique également les retours des migrants.

InfoMigrants est un site d’information visant à lutter contre la désinformation dont sont victimes les migrants où qu’ils se trouvent : dans leur pays d’origine, sur la route, ou déjà dans le pays où ils espèrent construire une nouvelle vie.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Laisser un commentaire

Walimedias

GRATUIT
VOIR