Situation des enseignants contractuels : le FFSG dénonce les violations des droits de l’homme et appelle la république pour leur rétablir dans leurs droits

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Jusqu’à quand l’Etat compte-t-il attendre pour payer les mois d’arriérés des enseignants contractuels ? En tout état de cause, rien ne prouve à l’heure actuelle que les autorités guinéennes ont la volonté de donner à ces enseignants leur dû. Face à cette situation persistante, le Forum des Forces Sociales de Guinée (FFSG), a haussé le ton, pour interpeller l’Etat sur le respect des droits de l’homme et sur son rôle régalien. Selon le porte-parole du FFSG, Ibrahima Balaya Diallo, le rôle primordial d’un État souverain, c’est de garantir le respect des droits de l’homme.

« On nous avait promu après le 5 septembre que la liberté serait de mise, or, la première liberté, c’est le respect des droits de l’homme. Permettez-moi juste de rappeler le devoir de l’État, c’est de respecter, c’est de protéger et de mettre en œuvre les droits humains. C’est ça, le rôle essentiel de l’Etat dans la protection et la défense des droits de l’homme », rappelle-t-il.

Abdoul Sacko, coordinateur du Forum des Forces Sociales de Guinée, déplore le manque de volonté de l’Etat pour résoudre de cette crise qui dure depuis un an.

« On parle de travail aujourd’hui, comment concevoir que des jeunes qui ont accepté avec maigre salaire abandonné leurs familles, abandonnés leurs plaisirs, abandonné leurs loisirs, aller dans nos villages avec un million, que ces jeunes-là soient abandonnés par la république toute l’année scolaire sans qu’on ne se lève tout le pays à dire stop. Le mal est que c’est comme si nous allons en reculant…

Quand vous prenez les heures de cours, les heures de préparation, vous trouverez que c’est des gens qui travaillent en plein temps, ce sont des véritables soldats qu’on transforme aujourd’hui en mendiant », déplore le coordinateur du FFSG.

Et d’ajouter : « le pire encore, que le mouvement syndical s’accommode à cette situation. C’est comme si la lutte en Guinée, elle fonctionne de la tête ou des circonstances. Ce n’est pas une question de valeur, ce n’est pas une question de principe, sinon la même manière qu’on s’était lever tous pour les 40 % d’augmentation qui avaient été promus aux fonctionnaires, on se serait levé plus que ça parce qu’il ne s’agit pas d’une augmentation, aujourd’hui, État nous avons rempli notre par de contrat, remplissez votre part », dénonce t-il.

Les enseignants contractuels qui n’ont plus d’espoir comptent sur la volonté Divine. le Forum des Forces Sociales de Guinée, tend “la main à la république, pour nous aider à être rétablie dans notre droit qui consiste à la fois de nous payer nos arriérés, mais mieux l’Etat s’était engagé après avoir vérifié nos diplômes, de nous engager à la fonction publique”.

Alseny Dine CAMARA

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Laisser un commentaire

Walimedias

GRATUIT
VOIR